La marque KAM TIN par Edouard Sicsic

Image

Une marque atypique de meubles bijoux en turquoise, en jade, en ambre…, des pièces aussi belles que rares (il ne sort guère plus de dix meubles par an des ateliers de création situés en Allemagne), travaillées comme des bijoux à l’exubérance chic. Un style qui dénote dans le petit monde du design habitué à l’épuré chic.
L’histoire de Kam Tin débute à Hong Kong dans les années 70 quand Yin Zing Luk, jeune dandy amoureux de design et d’architecture, se met à concevoir des meubles qu’il agrémente de pierres. Sa principale source d’inspiration ? Le précieux coffret recouvert de turquoises dans lequel est jalousement conservée la fortune familiale. Il fait alors appel aux meilleurs artisans et crée ainsi quelques pièces uniques en laiton doré et ornées de cabochon ou de pierres taillées. Cette production devient une collection privée et familiale, et on estime à moins de vingt le nombre de meubles vendus à des relations amicales. L’aventure prend fin au décès de Yin Zing, en 1989.
Bien des années plus tard, en 2008, le galeriste Philippe Rapin tombe amoureux de Kam Tin et décide de racheter la firme de meubles bijoux. Il relance la production en Allemagne, dans un atelier de création qui porte un soin exceptionnel aux pierres. Le résultat ? Des créations uniques et imposantes – chaque meuble pesant plus de 100kg. 
L’art est dans la mise en scène de ces pierres dures. Il faut compter en moyenne trois mois de travail pour le sertissage d’un seul meuble. Pour autant, l’engouement est tel que le Philippe Rapin a ouvert récemment sa troisième galerie à Hong Kong. Des folies baroques qui n’ont pas finies de faire parler d’elles.

Edouard Sicsic.

Publicités
Par défaut

Edouard Sicsic, cuisiniste passionné

Edouard Sicsic - Cuisiniste Passionné

Edouard Sicsic – Cuisiniste Passionné

« Cuisiniste passionné, je suis par ailleurs féru de design et de décoration d’intérieur. J’aime me tenir informé des dernières innovations technologiques. Amateur passionné et éclairé, ce blog a pour but de partager mes découvertes et mes coups de cœur. « 

Edouard Sicsic.

Par défaut